We've added this item to your cart.
Your $5 CREDIT has been applied
YOU CAN GET $5 off YOUR FIRST PURCHASE

More titles to consider

Shopping Cart

You're getting the VIP treatment!

With the purchase of Kobo VIP Membership, you're getting 10% off and 2x Kobo Super Points on eligible items.

Item(s) unavailable for purchase
Please review your cart. You can remove the unavailable item(s) now or we'll automatically remove it at Checkout.
itemsitem
Ratings and Book Reviews (2 2 star ratings
2 reviews
)

Overall rating

3.0 out of 5
2
5 Stars 4 Stars 3 Stars 2 Stars 1 Star
1 0 0 0 1

Share your thoughts

You've already shared your review for this item. Thanks!

We are currently reviewing your submission. Thanks!

Complete your review

All Book Reviews

  • 0 person found this review helpful

    0 people found this review helpful

    0 of 0 people found this review helpful

    Thanks for your feedback!

    Imposture et théorie du complot

    Ce livre est un recueil unidirectionnel à la limite de la théorie du complot en faveur d’un sous-marin que les Etats et les militaires chercheraient à dissimuler. Il y a une dissymétrie flagrante de l’esprit critique suivant que les éléments vont dans le sens du « complot sous-marin » ou d’une cause plus simple de type accident ou croche (je donne quelques exemples plus bas). Il y a également une volonté de présenter cet ouvrage du point de vue des victimes et du sensationnel : plutôt que de présenter l’ensemble des faits et leur degré de fiabilité pour juger, l’histoire est racontée de manière chronologique, du point de vue des victimes et de leurs proches. Le livre commence même par une version romancée de ce qu’ont vécu les équipages au moment du naufrage. Le vrai mystère soulevé par cet ouvrage serait de savoir s’il a été écrit avec intention de surfer sur le chagrin et les théories du complot qui succèdent à ce type d’accident, ou si les journalistes adhèrent à leur thèse. Quelques exemples flagrants de dissymétrie dans l’esprit d’analyse : Sur la vitesse de l’enquête : La justice prend du temps pour mener l’enquête et le journaliste interprète les délais comme anormalement long et en déduit une intention de masquer la vérité (sous entendue la thèse du sous-marin). La justice ou les gendarmes interviennent rapidement pour examiner l’épave et le journaliste interprète cette rapidité comme anormale et en déduit une intention de masquer la vérité. Pile je gagne, face tu perds. Sur la pertinence des pistes étudiées par la justice et sur la moralité des équipages : pourquoi part on du principe que les pêcheurs sont fiables dans leur témoignage, ne font pas d’erreur humaine et sont solidaires et qu’à l’inverse on dit que les sous mariniers et militaires sont tout l’inverse ? Justification : P127 : « on ne peut pas sombrer en 2 min avec une voie d’eau » aux dires des pêcheurs qu’on dit expérimentés (en naufrage ?). P129 : une erreur en remontant le chalut est étudiée par le BEA Mer mais écartée par les auteurs au nom de l’expérience de l’équipage. P136 est écartée en quelques lignes la piste de la croche sur fond sablonneux puisque les marins « avaient de l’expérience », « s’en seraient rendu compte et étaient sur le pont ». (Notons qu’il a été indiqué au début de l’ouvrage et qu’ils étaient probablement en train de prendre leur repas en cale au moment du naufrage). Pourquoi est-ce que le même argument n’est pas appliqué à la piste du sous-marin assassin ? L’équipage d’un sous-marin n’est-il pas expérimenté ? Les sous mariniers sont présentés comme des débiles pas fichus de naviguer sans tamponner les navires et surtout : capables d’éperonner sans s’en rendre compte ou pire de se prendre la fuite et de se taire. De même que tout le chantier de réparation et tout le corps militaire qui couvriraient l’histoire sciemment. Sur le biais de confirmation permanent : toutes les pistes autres que le sous-marin sont écartées d’un revers de manche. Tout ce qui pousse au complot de dissimulation est renforcé parfois même de manière abusive. Un manque d’explication ? C’est pour masquer quelque chose. Un militaire ou un membre de la justice qui indique qu’il ne peut pas ou ne sait pas répondre ? C’est parce qu’il dissimule quelque chose. On n’a rien découvert d’une analyse ? C’est qu’on n’a volontairement pas vu ou fait appel à des gens volontairement incompétents. Tout le personnel sous marinier ou spécialiste des sous-marins interviewé (j’imagine que ça fait pas mal de spécialistes internationaux) indique qu’en cas d’accroche, tout l’équipage du sous-marin serait au courant. Mais comme Mr Michu, pécheur spécialiste des problèmes de croche indique qu’il n’est pas de cet avis, les auteurs concluent en faveur de ce dernier ! Le pompon arrive quand on demande au BEA Mer s’ils ont reçu des instructions leur demandant de masquer ou d’effacer des preuves. Ils répondent texto : « Non, non, non. Pas du tout ». L’auteur en conclu que « oui » car selon eux, l’interlocuteur n’avait pas l’air tout à fait convaincu de ce qu’il disait. Du vrai travail de non objectivité total ! Quelques contradictions (parmi les très nombreuses qui m’ont donné envie de jeter ce livre au feu toutes les 2 pages) : Dans la série « ‘faudrait savoir ! » P72, les auteurs s’indignent que la justice enquête quand même sur une collision de surface alors que le Serge Cossec (capitaine de l’Eridan qui naviguait de concert avec le BGB) avait expliqué qu’il n’y avait aucun écho sur son radar à 6 miles à la ronde. A) La justice à l’inverse des auteurs envisage que Serge Cossec ait pu se tromper ou que son appareil ait pu ne pas repérer qqch. B) si la justice n’avait pas fait une telle étude au nom d’un simple témoignage, leur aurait ont pardonné ce manque ? Il existe des contradictions et des impostures à chaque page. Un vrai scandale journalistique.
  • 0 person found this review helpful

    0 people found this review helpful

    0 of 0 people found this review helpful

    Thanks for your feedback!

    La verite

    La vérité est bien amarée au fond de la Manche par deux tours mort et trois demie clef «Le Bosco»
2

You can read this item using any of the following Kobo apps and devices:

  • DESKTOP
  • eREADERS
  • TABLETS
  • IOS
  • ANDROID
  • BLACKBERRY
  • WINDOWS