Autres titres intéressants

Panier

Vous profitez des avantages réservés aux VIP !

Article(s) non disponible(s) à la vente
Veuillez vérifier votre panier. Vous pouvez supprimer le ou les articles qui ne sont pas disponibles maintenant ou nous les supprimerons automatiquement au moment du règlement de la commande.
articlesarticle
Avis et critiques de livres (10 68 classement par étoiles
10 avis
)

Note globale

3,7 hors de 5
68
5 Étoiles 4 Étoiles 3 Étoiles 2 Étoiles 1 Étoile
13 27 23 5 0

Partagez votre avis

Vous avez déjà partagé votre avis concernant cet article. Merci !

Nous examinons l'avis que vous nous avez soumis. Merci !

Finalisez votre critique

Toutes les critiques de livres

  • 7 personne a trouvé ce commentaire utile

    7 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    7 sur 7 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    Merci pour votre commentaire !

    Histoire passionnante, intéressante et addictive !

    Mon premier réflexe à chaud, une fois le livre refermé, est : « Ouahou quel roman ! » J'ai vécu pendant un peu plus de quatre cents pages dans le Lyon de la fin du XIXème siècle et c'était juste top... Je connaissais déjà l'auteure, Coline Gatel, pour l'avoir lue dans un autre format, la nouvelle, mais également un autre roman Les étrangers du temps. J'ai pu une nouvelle fois apprécier la façon dont elle emmène le lecteur dans l'histoire, elle situe très bien le contexte, que ce soit par rapport aux lieux ou au mode de vie de l'époque, rendant ainsi son histoire tellement réelle. Tout n'est néanmoins pas fictif. En effet, un des personnages, le professeur Lacassagne, a réellement existé. C'est un médecin français, vivant à Lyon, qui fut l'un des fondateurs de l'anthropologie médicale. À cette époque là, il n'y avait pas d'enquête comme nous connaissons maintenant, c'était souvent lorsqu'on était pris sur le fait qu'on était jugé coupable. Lacassagne va amener de la modernité à la police en pratiquant des autopsies des victimes, en traçant une sorte de profil du meurtrier, les premières empreintes vont faire leur apparition, ainsi que la photo prise lors des gardes à vue pour l'identification, et également la mise en place du groupe sanguin. Lacassagne enseigne à des élèves tout cela, et décide de former une équipe qui mènera ainsi les enquêtes avec un œil nouveau. Il nomme donc Félicien Perrier, l'un de ses brillants étudiants à la tête de cette équipe. Il va être aidé de Bernard Lecuyer, un autre élève, très soucieux du détail. Va se greffer à ce duo, une jeune femme que connait Bernard, Irina Bergovski. C'est une journaliste au Progrès de Lyon, elle se dit d'origine polonaise. Tous les trois vont essayer de démêler une étrange affaire de jeunes filles retrouvées mortes. Le point commun entre elles est la particularité de leur meurtre et qui intrigue bien le trio d'enquêteurs. Ils vont parfois être touchés de près, vont devoir garder leur sang froid pour élucider le mystère. Ils vont ainsi s'aider de ce que leur professeur leur a appris. Mais leur vie privée va les rattraper chacun et semer le doute dans leurs têtes. Les personnages sont bien travaillés. Ils ne sont pas lisses et j'aime ça. Je pense notamment à Félicien Perrier qui est un jeune homme très intelligent mais avec des travers de caractère très prononcés, n'ayons pas peur des mots, il se révèle être un parfait sociopathe. Plus l'histoire avance, plus on en découvre sur lui et plus cela se confirme. Il m'a fait penser, avec ces vices, au personnage de Sherlock Holmes, il y a quelques similitudes entre eux. Lecuyer est intelligent lui aussi, mais se laisse beaucoup plus vite emporter par les sentiments, il est beaucoup moins froid que Perrier. Et le personnage féminin est l'inverse de ce que l'on peut s'imaginer, et ça, j'ai trouvé l'idée géniale. En effet, elle est limite androgine, s'habille avec des costumes masculins, et à cette époque là, une femme en pantalons, ça choque, et c'est surtout interdit ! C'est ainsi que j'ai appris que pour avoir le droit de porter un pantalon, il fallait posséder un « permis de travestissement »... Mais ça n'empêche pas Irina d'être une féministe convaincue. Et confrontée aux circonstances des meurtres des jeunes filles, elle va plus d'une fois se révolter. Elle se demandera quand les femmes auront le droit de disposer de leur corps et surtout quand on fera enfin attention à elles. Vous le voyez, ces trois personnes forment un trio de choc. Un autre personnage très important de ce roman, est la ville de Lyon. Coline Gatel a situé son histoire dans cette ville, et l'a fait d'une façon très juste. Tout y est très bien décrit, les quartiers, les bistrots, les traboules, les bouchons. Elle a poussé le détail jusqu'à mentionner les anciens noms des rues et des places. On s'y croirait vraiment. La gastronomie n'a pas été oubliée, le langage et l'argot lyonnais non plus. Tout est fait pour pouvoir mieux nous plonger dans cette ville à la fin de ce XIXème siècle. Et sans aucune lourdeur dans les descriptions, tout se fait naturellement, comme si on le regardait nous même. Les méthodes médicales et d'investigation sont elles aussi bien détaillées et dépeintes. Je voudrais d'ailleurs souligner le travail considérable qu'a dû faire l'auteure en amont pour pouvoir être aussi précise dans les faits et les lieux. En lisant, j'ai appris beaucoup de choses, et j'adore quand une lecture me distrait mais aussi m'apprend plein de nouvelles notions. C'est, comme on dit, joindre l'utile à l'agréable. Tout en restant objective, j'ai beaucoup de mal à vous trouver des défauts sur ce roman. L'histoire tient la route, les faits, les meurtres, le coupable, les personnages aux esprits torturés, tout cela est cohérent. Transposée en plus dans un décor et un contexte plus que réalistes, vous avez un roman complet. Le style de l'auteure, précis comme je l'ai dit, mais fluide, sans lourdeur, et avec une pointe d'humoir parfois noi
  • 4 personne a trouvé ce commentaire utile

    4 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    4 sur 4 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    Merci pour votre commentaire !

    Superbe !

    C’est une très belle découverte pour moi que ce roman. L’intrigue au suspense intense, servie par une très belle plume, nous emporte dans les prémices de la médecine légale. La construction de l’histoire et la façon d’écrire m’ont un peu rappelé la collection de la « cour des miracles » de Jean-Luc Bizien. J’ai vraiment adoré ce livre, et du coup j’ai acheté « Destins obscurs » de la même auteure.
  • 1 personne a trouvé ce commentaire utile

    1 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    1 sur 1 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    Merci pour votre commentaire !

    Difficile

    Lecture assez difficile, peut être trop de détails et de longueur. Dommage je n'ai pas terminé ce livre.
  • 1 personne a trouvé ce commentaire utile

    1 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    1 sur 1 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    Merci pour votre commentaire !

    Cherchez le coupable.

    Suspense réussi. Démarrage à l'époque d'une procédure d'investigation grâce aux médecins légistes. On est dans l'histoire jusqu'au bout. Style clair et précis de l'écrivain(e). Bonne maîtrise.
  • 1 personne a trouvé ce commentaire utile

    1 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    1 sur 2 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    Merci pour votre commentaire !

    étonnant

    Fin du 19e siècle. Les prémisses de la médecine légale. Une enquête où se confondent réalité et fiction, menée par deux jeunes médecins et une journaliste, où l'on se perd dans l'inattendu. Un polar époustouflant !
68

Vous pouvez lire cet article avec l'une des applications et appareils Kobo suivants :

  • ORDINATEUR
  • LISEUSES
  • IOS
  • ANDROID
  • TABLETTE
  • WINDOWS