More titles to consider

Shopping Cart

You're getting the VIP treatment!

With the purchase of Kobo VIP Membership, you're getting 10% off and 2x Kobo Super Points on eligible items.

Item(s) unavailable for purchase
Please review your cart. You can remove the unavailable item(s) now or we'll automatically remove it at Checkout.
itemsitem

Ratings and Reviews

Overall rating

5.0 out of 5
1
5 Stars 4 Stars 3 Stars 2 Stars 1 Stars
1 0 0 0 0

Share your thoughts

You've already shared your review for this item. Thanks!

We are currently reviewing your submission. Thanks!

Complete your review

All Reviews

  • 0 person found this review helpful

    0 people found this review helpful

    0 of 0 people found this review helpful

    Thanks for your feedback!

    Oeuvre d'époque

    Sous son titre qui pourrait faire penser à n'importe quel shôjo d'amourette lycéenne, Comment ne pas t'aimer se démaque pourtant très vite, ne serait-ce que par le statut d'étudiante de son héroïne, Ayumi, jeune femme qui a toujours vécu dans le cocon familial, et qui a alors tout à découvrir de la vie étudiante. C'est d'ailleurs ce qu'elle va faire : bien accueillie par ses propriétaires, un couple de personnages âgées qui aiment la prendre pour leur fils décédé (son look de garçon manqué aidant), Ayumi découvre ensuite les deux autres locataires de la pension : Asami, jolie et très sociable blondinette bien décidée à profiter de ses années universitaires, et la plus froide Ikuko, qui s'est un peu retrouvée là sans avoir le choix, la faute à son échec aux examens d'entrée d'une université de Tôkyô. Puis ce sont deux autres voisins et camarades de cours qui se présentent : le dénommé Hirai, garçon plutôt aisé, très sociable et très intéressé par les filles, ainsi que Kazuyuki Narushima, jeune homme plus posé. C'est ensemble que cette fine équipe va évoluer, au gré de leurs petites rixes, mésaventures et ébullitions amoureuses. On voit donc, évidemment, poindre des sentiments, Ayumi tombant vite amoureuse de Narushima alors que ce dernier refuse en bloc cet amour... Pour quelle raison, et pourra-t-il changer ? Quant à Hirai, il jette lui-même son dévolu sur notre héroïne, alors même qu'Asami n'arrête pas de lui courir après, pour un résultat parfois très comique. Ces petites histoires d'amour entremêlées se voient arriver de loin, de même que leurs petits rebondissements (la raison pour laquelle Narushima repousse Ayumi est très classique, par exemple), certains caractères peuvent irriter par moments (surtout au début l'aspect un brin insipide d'Asami, qui cherche à mettre tous les garçons dans sa poche), on regrettera aussi qu'Ikuko ne soit pas plus présente. Et pourtant, le tout sonne très juste, car Masako Yoshi adopte une simplicité de ton vraiment bienvenue. Il n'y a pas de grands chambardements, les choses évoluent au compte-goutte, au fil des jours, finalement de façon réaliste et posée, les personnages sont amenés à changer petit à petit en se côtoyant les uns les autres, chacun pouvant tirer quelques leçons des autres. D'autant que ce n'est pas la franchise qui leur manque, ce qui là aussi crée quelques petits gags bien huilés. Surtout, la mangaka enrobe parfaitement le tout dans un quotidien estudiantin qui sonne juste. Car dès lors qu'Ayumi démarre sa vie d'étudiante, elle doit faire face à tous ces petits tracas propres à cette période de la vie que nous avons tous vécue : les cours et relations avec les autres qui peuvent évoluer dans n'importe quelle direction, les repas très succincts et répétitifs à cause du manque d'argent (nous avons les pâtes, les Japonais ont les râmen instantanés), les fêtes alcoolisées entre amis (et tout a vite fait de devenir prétexte à la fête !), l'absence des parents parfois un petit peu pesante, la joie toute bête à l'achat de ses premiers appareils ménagers, la recherche d'un petit job... Masako Yoshi n'oublie aucun de ces petits tracas qui font la vie d'étudiant, on ressent même chez elle une petite pointe autobiographique et nostalgique tant les choses sont dépeintes par un oeil avisé et bienveillant. Et en réalité, les sentiments, qui ne prennent jamais trop de place, ne sont qu'une composante parmi d'autres de cette vie d'étudiant. Au bout du compte, on se retrouve donc surtout avec une chronique estudiantine très bien croquée, qui s'écoule de façon claire, logique et paisible, au gré de ce qui arrive aux différents personnages. La peinture quotidienne elle-même est plutôt posée, mais la mangaka parvient à grandement dynamiser le tout en rendant ses personnages très vivants, en tête Ayumi, dont la franchise et l'envie de progresser, malgré ses nombreuses maladresses dans tous les domaines, en font une héroïne amusante et attachante. Les personnages sont tous bien différents dans leur caractère et leur comportement, et l'humour est très présent, passe facilement à travers les petites extravagances des personnages et par les dessins frais, simples et sans artifices, le tout rappelant des auteurs comme Mitsuru Adachi ou Rumiko Takahashi : ainsi, le couple de vieillards assez insouciants est un régal et rappelle beaucoup les personnes âgées croquées par Mitsuru Adachi (jusque dans leur langage à base de "papy" "mamy"), tandis que le vicieux Hirai et la un brin délurée Asami rappellent un peu certains protagonistes de Maison Ikkoku. De même, Narushima, beau brin un peu plus torturé, est dans la veine d'un Yusaku Godai de Maison Ikkoku, jusque dans son look sur certains dessins. On a de l'humour simple et un ton très vivant, qui coulent de source en se basant tranquillement sur des personnages bien campés sans en faire trop.
1

You can read this item using any of the following Kobo apps and devices:

  • DESKTOP
  • eREADERS
  • IOS
  • ANDROID
  • TABLETS
  • WINDOWS