Skip to main content

Autres titres intéressants

Panier

Vous profitez des avantages réservés aux VIP !

Article(s) non disponible(s) à la vente
Veuillez vérifier votre panier. Vous pouvez supprimer le ou les articles qui ne sont pas disponibles maintenant ou nous les supprimerons automatiquement au moment du règlement de la commande.
articlesarticle
articlesarticle
Avis et critiques de livres ()

Note globale

4,5 hors de 5
5 Étoiles
1 reviews have 5 stars
4 Étoiles
1 reviews have 4 stars
3 Étoiles
0 reviews have 3 stars
2 Étoiles
0 reviews have 2 stars
1 Étoile
0 reviews have 1 stars

Partagez votre avis

Vous avez déjà partagé votre avis concernant cet article. Merci !

Nous examinons l'avis que vous nous avez soumis. Merci !

Finalisez votre critique

Toutes les critiques de livres

  • Puisque vous avez décidé de lire cet été…

    Je viens de terminer le second opus de Yannick Billaut. Et j’ai pris un excellent moment de lecture. J’avais déjà beaucoup aimé son premier livre L’Émoi d’août, dont je vous avais parlé sur ce blog. J’attendais donc avec impatience que Yannick Billaut replonge sa plume dans l’encre et nous « ponde » quelque-chose. C’est chose faite avec Seul au monde quand on s’appelle Alexis Tatou. En commençant, ma première réflexion fut… Pffff, 120 pages, s’est pas foulé le gars Yannick… Le principal avec les apriorismes, c’est de les faire tomber. J’ai commencé ma lecture et je ne l’ai plus lâchée, ce qui m’arrive dans la semaine tous les quatre jeudis en moyenne. Extrêmement subtile, l’écriture vous raconte la vie banale d’un type ordinaire, bien névrosé obsessionnel, dont vous vous dites que vous le plaindriez de tout votre cœur pour la platitude de sa vie si vous le connaissiez. Vous pensez que vous mourrez d’ennui ? Erreur !!!! Car très vite, la vie d’Alexis Tatou bascule ! Il est enlevé par on ne sait qui, pour on ne sait quelle raison, et l’action s’accélère de bout en bout jusqu’au dénouement imprévisible. De Russie en Roumanie, en passant par la Tunisie et la Sicile, Alexis rencontre toute une série de personnages, tous plus baroques et séduisants les uns que les autres, et qui le laissent totalement perplexe et en perpétuelle interrogation sur lui et les évènements incompréhensibles qui s’enchainent à la vitesse de l’éclair. Quant à la fin, moi, je n’ai rien vu venir, sans doute parce que mes goûts (et mes couleurs) n’ont rien à voir avec ce dénouement… Vous comprendrez l’allusion quand vous aurez lu le livre, et toc ! Seul au monde quand on s’appelle Alexis Tatou n’est pas un roman policier, mais le texte en possède toutes les qualités. Ce n’est pas davantage une nouvelle, même si la fin s’ouvre étrangement sur une possible suite, permettant ainsi au lecteur, bien malgré lui, de poursuivre l’histoire (ce qui pour moi est toujours source de plaisir intense). C’est une jolie fable, toute en subtilité comme Yannick Billaut sait si bien le faire, sur le sens que chacun de nous donne à sa vie. Ce livre parle aussi du regard que nos proches nous portent, leurs interventions pour nous « sauver » malgré nous de ce qu’ils croient ne pas être une vie, les risques qu’ils courent ainsi de nous abimer, mais qui finalement peuvent aussi nous permettre de nous découvrir. Pas clair ? Normal, je ne vais pas EN PLUS vous raconter le livre ! En ces temps estivaux, ce livre est idéal pour une lecture sur la plage, car là vous ne bronzerez VRAIMENT PAS idiot… Mais il peut aussi se découvrir au coin du feu, ou près d’un ventilateur en cas de canicule… VRAI conseil d’amie… À vos liseuses !!!!! (et il est aussi en format papier)

    Merci pour votre commentaire !

    1 personne a trouvé ce commentaire utile

    1 personnes ont trouvé ce commentaire utile

    1 sur 1 personnes ont trouvé ce commentaire utile

Vous pouvez lire cet article avec l'une des applications et appareils Kobo suivants :

  • ORDINATEUR
  • LISEUSES
  • TABLETTE
  • IOS
  • ANDROID